Restauration d'un oscilloscope Philips GM5655




Voila. Il fallait bien que ca m'arrive un jour. Je vais essayer de remettre en route un appareil avec un tube cathodique. Bon, ce n'est pas une télé mais c'est un début. Comme je n'y connais rien de rien, les résultats risquent d'être surprenants.

Cet oscillo est un don de mon copain Daniel Bélanger toujours prêt à me faire profiter de ses dernières trouvailles que je remercie une fois de plus. Je vais essayer de lui faire honneur en redémarrant cet appareil parce que c'est vraiment la moindre des choses.

Présentation extérieure

Tout d'abord, je tiens à dire que vu de l'extérieur l'appareil a été plutot bien conservé. J'espère qu'il en sera de même pour ses entrailles. Seul manque, le petit bouchon qui masque la vis de serrage du bouton de focus. Ce n'est pas bien grave.

Photo


Voici les prises pour se connecter directement aux plaques verticales. Enfin, indirectement vu qu'il s'agit ici d'un oscilloscope alternatif, donc nous traversons des condensateurs avant d'atteindre les plaques verticales.

Photo


La plaque signalétique de l'appareil

Photo


Le sélecteur de tension. Super, il peut fonctionner sur le secteur 230V.

Photo


La prise pour brancher une sonde supplémentaire permettant de faire du signal tracing. Cette sonde est en fait un détecteur et détecte jusqu'a 30Mhz environ. Je ne la possède pas mais elle est facile à construire mise à part le fait que je ne possède pas le connecteur male qui convient et qui doit être difficile à trouver.

Photo


Une sortie dent de scie. La dent de scie de la base de temps est récupérable via cette prise et ouvre un vaste champ d'application comme par exemple brancher l'appareil de Pierre qui permet d'aligner les transformateurs MF. Le trou en haut à droite est celui par lequel une vis sort pour mettre un boulon fixant le reste du boitier.

Photo


Les réglages de la base de temps

Photo


Réglages des amplificateurs

Photo


Voici les boutons situés en haut de la facade de l'oscilloscope. A gauche le bouton de luminosité qui permet en position mini de couper l'appareil via un interrupteur. A droite le bouton de focus.

Photo


Et voila le tube. Le fameux DG7/32

Photo




Présentation intérieure

On enlève 2 boulons sur l'arrière (un seul dans mon cas car une vis est manquante apparemment) et le boitier extérieur s'en va d'un seul tenant. Le trou qui était aménagé au fond pour le sélecteur de tension, permet de faire passer le fil électrique avec sa prise.

Voici l'engin vu de dessus.

Photo


La platine de l'amplificateur vertical avec à droite les prises qui permettent de se connecter directement aux plaques verticales. Ces prises sont munies d'interrupteurs qui coupent automatiquement la liaison avec l'amplificateur vertical interne quand des fiches bananes sont connectées dedans.

Photo


La platine de l'amplificateur horizontal.

Photo


Le commutateur et les condensateurs de la base de temps

Photo


Le transformateur de l'alimentation. Sous le condensateur à gauche se trouve une self de filtrage. Ce condensateur sert de liaison entre la base de temps et la sortie dent de scie à l'arrière de l'appareil.

Photo


Les réglages de luminosité et de focus. Le potentiomètre de luminosité possède un appareil permettant la mise en marche et l'arrêt de l'oscilloscope.

Photo


Le potentiomètre de réglage de synchro (au milieu) et celui de gain de l'ampli vertical (en vert et à droite).

Photo


Sur le dessous de l'appareil, la lampe ECH81 qui gère la base de temps et les prises d'entrée de l'oscilloscipe accessibles sur la facade.

Photo


Les condensateurs de filtrage. 4 double condensateurs de 12MF/500V, espèrons qu'ils sont bons....

Photo


La prise permettant de brancher la sonde de signal-tracing. Cette prise se trouve à l'arrière de l'appareil.

Photo




Etude rapide du schéma

Voici le schéma de principe de l'oscilloscope

Photo


Pour avoir le schéma complet, cliquez sur l'image ci-dessous

Photo






Premières réparations